Préparer son bivouac sur la Loire

Préparer son bivouac sur la Loire

Dans cet article, nous voulons vous donner quelques pistes pour vous aider à organiser votre bivouac en répondant aux questions les plus courantes. Bien-entendu, si vous avez d’autres questions nous y répondrons. et toujours dans l’esprit « Participatif », si vous avez des suggestions, dites le nous !


Quand partir à l’Aventure ?

Nous naviguons sur la Loire toute l’année. Mais pour bivouaquer, il est plus agréable de programmer vos excursions entre avril et septembre

  • Avril-mai : La Nature se réveille, les journées s’allongent, les premières belles journées pointent leur museau. La Loire bien que plus rapide et parfois changeante reste navigable en prenant quelques précautions. Il faudra peut-être compter sur la fraîcheur de l’eau et des nuits, ainsi que sur quelques pluies printanières.
  • Juin-juillet : Normalement il fait beau tous les jours. Le soleil souvent de la partie nous offre des températures clémentes, parfois même très bonnes. Les journées sont longues et les nuits dégagées nous permettent de contempler le ciel étoilé. Le niveau de la Loire n’est pas trop bas permettant une navigation agréable.
  • Aout : A l’exception de quelques orages rafraîchissants, c’est aussi une bonne période pour bivouaquer. Le niveau de la Loire est souvent plus bas. Plus joueuse, la Loire vous fera naviguer dans ses méandres. Les moins chanceux pousserons peut-être leurs embarcations.
  • Septembre : Une belle période pour profiter de l’été indien et des couleurs changeantes.

Quelle distance ?

Les plus aguerris, ou sportifs, pourrons programmer une bonne trentaine de kilomètres par jours. En général nous conseillons entre 20 et 25 km par jours. Pour vous aider à programmer votre distance, voici quelques pistes :

  • En prenant en compte le courant de la Loire, mais aussi le vent qui bien entendu, pour vous faciliter la tache, sera souvent dans le sens contraire de votre navigation, il faut compter une vitesse moyenne de 5-6 km/heure.
  • Sur l’organisation de votre journée, il faut compter la préparation du bivouac le soir, le rangement le matin, le ravitaillement, les visites éventuelles, les pauses, la sieste, etc. En gros, 5 heurs de vrai navigation dans la journée, c’est une bonne moyenne. Mais vous pouvez faire plus !

Embarquer les mini-aventuriers ?

A conditions qu’ils sachent nager et qu’ils portent leurs gilets de sauvetage, vos enfants peuvent vous accompagner dans cette aventure. Vous passerez des moments privilégiés avec eux !

  • A notre avis, 7-8 ans est un âge minimum pour embarquer.
  • Pensez à bien les protéger du soleil, à les hydrater régulièrement et les surveiller lors de vos pauses.
  • Toutefois, ne comptez pas sur eux pour faire avancer le canoë, j’ai tenté, ce n’est pas très efficace !
  • Pour les occuper, quelques astuces : multiplier les pauses (les iles et les berges regorges d’aventures), faites leurs découvrir la faune et la flore, repérer les passages d’animaux, écrire leurs aventures, etc.

Alimentation – ravitaillement ?

Les glacières classiques ne conservent pas les aliments frais et fragiles plus d’une journée, encore moins en plein soleil. L’autonomie alimentaire est envisageable pour des randonnées de 2-3 jours, au-delà, la nourriture, sa conservation et le ravitaillement seront donc à prendre en compte dans l’organisation de vos journées. Quelques astuces :

  • Plusieurs villes ou villages bordent la Loire. Vous pourrez donc facilement vous ravitailler en frais au moins tous les deux jours. Pensez à organiser vos haltes en fonction des horaires d’ouverture.
  • Les aliments « prêts à cuire » (conserves, pâtes, riz) sont une bonne alternative, plus facile à conserver.
  • Pour les plus aventuriers, les aliments déshydratés et lyophilisés sont une bonne solution, légers et faciles à conserver.

L’eau potable ?

Même si nous naviguons dessus, l’accès à l’eau … potable peut parfois être problématique. Quelques astuces :

  • Embarquer un bon stock d’eau en bouteilles et/ou jerrican. Pensez juste à ne pas trop alourdir votre canoë. Pour information, les jerricans partiellement remplis peuvent déstabiliser votre embarcation notamment dans les zones de remous.
  • Ravitaillement au fil de l’eau (commerces, campings, fontaines, etc.)
  • Utiliser des pompes à filtres ou à pastilles. Ce n’est pas indispensable, mais si vous en avez, ne vous en privez pas, elles vous apporterons un souplesse dans la gestion de l’eau. Je ne suis pas un grand spécialiste de cet équipement. Vous trouverez de nombreuses références sur internet. A titre d’exemple Brieg JAFFRES, dans l’article que nous avons repris dans « le récit des aventuriers » utilise un filtre à eau Katadyn.

Où dormir ?

Le bivouac sur la Loire, c’est une occasion idéale pour un immersion Nature en mode Robinson.

L’idéal, le Bivouac en pleine nature. Quoi de mieux pour se ressourcer que de se retrouver « seul au monde », loin de la civilisation. Même s’il n’est pas officiellement autorisé, le bivouac sauvage est souvent toléré dans les zones naturelles. Evitez les zones militaires ou proches des centrales (sans intérêt), les zones naturelles protégées et sous arrêtés de biotope. Vous pouvez consulter les cartes de ces zones sur le site Géoportail, de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel), des préfectures. La recherche d’un bon coin de bivouac peut parfois prendre un peu de temps pour trouver le coin idéal, voici quelques conseils :

  • Sur une berge ou un ilot éloigné de la civilisation et des infrastructures pour profiter du calme ;
  • Surélevé du niveau de l’eau pour vous protéger en cas de montée de la Loire (orage, lâchers de barrage, etc.) ;
  • A l’abris du vent ;
  • Assez plat et dégagé (débris, végétation, etc.)
  • Eloigné des zones marécageuse, nos amis les moustiques raffolent des eaux stagnantes. Ils auront vite fait de s’incruster à votre soirée !
  • Pensez aussi a faire attention à l’état des arbres qui vous entourent.

Une fois votre petit coin de paradis trouvé, voici quelques conseils pour préparer votre bivouac :

  • Bien sortir le canoë de l’eau, sinon il pourrait partir sans vous pendant la nuit !
  • En retournant votre canoë, vous pourrez vous en servir d’abris pour vos affaires (pluie, rosée, etc.).
  • Ne tarder pas trop pour monter votre camp, la nuit peut tomber rapidement
  • Respectez la Nature, ne laissez aucune trace de votre passage. Nous sommes juste invités !

La Loire est aussi parsemée de campings. Plus confortables, il permettent de profiter des équipements « civilisés » (douches, électricité, etc.). Ils peuvent aussi être une bonne occasion pour laisser votre matériel en sécurité et en profiter pour vous réapprovisionner ou faire un peu de tourisme.

Autres sources : Les Amenturiers – Choisir son bivouac en canoë-camping


Usage du feu ?

Officiellement les feux sont interdits en bord de Loire, encore plus en saison sèche, et peuvent être passibles d’amende.

« En ce qui concerne le feu, interdit dans la majorité des campings, il est généralement toléré en Loire tant qu’il reste « alimentaire » et en dehors des zones protégées (réserves, parcs naturel régional, arrêté de biotope). La prudence est de rigueur et un outillage particulier, scie ou hachette sera une aide précieuse. A défaut de disposer d’un réchaud à bois, et même si les risques dans le sable sont mineurs, il est utile de matérialiser un foyer en pierre ou en creusant une cuvette dans le sol. Lorsqu’il existe, il faut impérativement réutiliser un foyer existant. […] Et si besoin, profitez du feu du soir pour cuire ce qui constituera le pique-nique du lendemain midi.« 

Extrait de la Loire vue du fleuve de Jean-François SOUCHARD Ed. Le Canotier, 2011, p. 16


Garder vos affaires au sec ?

Rien de plus désagréable que de dormir dans un duvet humide ou retrouver du sable dans ses affaires ! Les coups de pagaie, les éclaboussures, la pluie, le vent ont la fâcheuse tendance inviter à l’eau et le sable dans vos affaires. Quelques conseils pour les protéger :

  • Les bidons étanches, de différentes capacités, sont le moyen idéal pour conserver vos affaires au sec durant votre expédition. Les bidons étanches sont compris dans nos prestations (1 par personne).
  • Les sacs étanches : souples, et de capacités diverses, ils sont un bon compromis pour protéger vos affaires moins fragiles ou qui ne tiennent pas dans des bidons
  • Même dans des bidons ou des sacs étanches, vous pouvez protéger vos affaires les plus fragiles dans des sacs de congélation (ex : appareil photo, portable, portefeuille, etc.) ou des sacs poubelle (ex : tente, duvet, etc.)
  • Un dernier conseil, pensez à attacher le matériel à l’intérieur de votre canoë. En cas de dessalage, cela vous évitera de nager dans tous les sens pour tout regrouper, ou d’en perdre au fond de l’eau.

Paquetage – Liste du matériel ?

Les canoës canadiens sont de vrais « cargo » avec une bonne capacité de chargement. Plus la randonnée est longue, plus nous avons tendance à les charger et plus le poids des bagages est lourd. Les portages pour le passages de certains obstacles, les déchargements pour le bivouac, etc. deviennent plus fastidieux. Partons à l’Aventure, Voyageons léger ! A contrario, il est facile d’oublier l’essentiel.

Voici quelques pistes pour vous aider à préparer votre paquetage. Vous pouvez aussi cliquer sur l’icone du chapitre pour télécharger une check-list.

  • Vêtements de rechange et vêtements chauds, les soirées et les nuit à la belle étoile peuvent être fraîches
  • Vêtements de pluies, même en plein été il pleut parfois !
  • Vêtements pour naviguer (vêtements de sport, coupe vent, chaussures, etc.)
  • Matériel de camping (tente, duvet, matelas, lampe, etc.)
  • Matériel de cuisine (réchaud, popotte, passoire assiettes et couverts, tasse, grille, etc.)
  • Protection solaire (chapeau, crème solaire, lunettes avec cordon, etc.)
  • Pharmacie
  • Etc.

Aventure Outdoor – La Loire en canoë loue du matériel de camping. retrouvez la liste du matériel dans nos prestations et dans la check-list.